TPE:L'Américanisation en France de1945 à1965

08 janvier 2007

Sommaire

L'INFLUENCE DES ETATS-UNIS SUR LA SOCIETE FRANCAISE

  1945-1965

I_Introduction

1)Définition

2)Généralités

3)Conséquences


II_Diffusion des idées Américaines

1)Contexte économique

2)Facteurs de l'américanisation :

a)Les soldats alliés et la liberté

b)Les bases US

c)Le plan Marshall et l'accord Blum-Burns

d)Le modèle américains

3)Les influences

a)Le cinéma
→ Présentation de James Dean

b)Le Rock'n Roll
→ Présentation d'Elvis Presley

4)Conséquence sur la socièté

a)Moyens d'émancipation

b)Manifestations des étudiants(mai 68), nouveau statut des jeunes

c)Nouvelle société de consommation

d)Les changements sociaux

III_Conclusion

Que reste-t-il de l'américanisation?

Posté par tpe_mlk à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Intro

Qu’est-ce que l’Américanisation ?

    

       C’est le terme utilisé pour décrire l’influence exercée par les Etats-Unis d’Amérique sur les cultures d’autres pays  dans le monde. Se cache cependant derrière ce mot une certaine acculturation et une menace pour les cultures traditionnelles. Cela consiste en la reprise d’une partie plus ou moins grande de la culture américaine qui selon certains sont les valeurs de la liberté et de la responsabilité personnelle. Grâce à sa situation politique dite dominante ce pays et ses influences sont vite devenus incontournables. L’américanisation se faisant aujourd’hui partout dans le monde on parle même d’Impérialisme culturel américain qui réfère la diffusion non discontinue d’un mode de vie américain dans le monde entier à travers notamment la télévision, la musique mais aussi les décisions politiques.De plus l'origine américaine d'un produit suffit à faire sa publicité (symbole des années de croissances).

         

RAJAONA Gwladys

Posté par tpe_mlk à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

le contexte économique

Le contexte économique, politique et social

  A la fin de la 2nde guerre mondiale, le bilan est lourd. La France a subit de lourdes pertes humaines et matérielles :

- Les victimes civiles et militaires, le déficit des naissances et l'émigration ont entraîné une baisse de la population française d'environ 1,5 millions de personnes. (40 millions d’hab.).

- L'économie du pays était dévastée ; les nazis ont pillés les ressources de la France.

- La production agricole avait chuté d'un tiers par rapport à 1938, ce qui provoquait une situation de pénurie et de gros problèmes de ravitaillement.

- La production industrielle était inférieure de moitié.

- La situation financière était très mauvaise en raison de l'alourdissement du déficit budgétaire et de l'inflation ( les prix ont quadruplé de 1938 à 1944 ) et le marché noir s'est développé, tandis que le franc se dépréciait.

france_d_vast_e                  

   De 1944 à 1946 l’état nationalise les secteurs clés de l’économie : le crédit (BDF et principales banques de dépôt), l’énergie (charbon, gaz, électricité), le transport aérien ( Air France ), et l'automobile (nationalisation de Renault). Cette planification de l’économie définie par le plan Monnet pour une durée de 5 ans visait à s’occuper prioritairement des secteurs les plus importants à la remise en marche de l’économie et à la reconstruction. Cette politique financé par le plan Marshall permit la reconstruction économique du pays. On entre peu à peu dans la période dite des « trente glorieuses » , la période pendant laquelle la France connue sa plus grande expansion économique.

Le pays est en proie à de nombreux changements :
- Grande amélioration de la productivité.
- Modernisation des équipements dans les exploitation agricoles et les usines.
- Dans l'industrie, les entreprises françaises se sont concentrées,  internationalisées et modernisées.
- Essor des exportation et diversification des ventes en direction de l’Europe dans le cadre de la CEE (communauté économique Européenne) après le traité de Rome en 1957.
- Les conditions de vie dans le monde paysan se sont améliorées grâce à la garantie des prix obtenue par la CEE.
- Dans la distribution, les magasins à grande surface se sont multipliés.
- On remarque une croissance de la population et une augmentation de son pouvoir d’achat.
- L'immigration s'est développée de 1945 à 1973 pour satisfaire les besoins en main d'œuvre de la reconstruction puis de la croissance.(Depuis 1974, la crise économique a ralenti le mouvement).         

Debeausse Lucie

Posté par tpe_mlk à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les soldats alliés, la liberté et les bases US

A/ Les bases US

A la fin de la deuxième guerre mondiale, l'Europe se retrouve ruinée et à la suite d'un conflit qui la sépare en deux blocs. Pourtant des espoirs naissent et les européens rêvent de l'"american way of life".

On peut observer une France des années 50, rurale et pauvre en modernité avec 60 % de la population vivant à la campagne.

Et grâce à l'accumulation de tous ces problèmes, la France des années 70 se retrouvera bouleversée par de profondes reformes de structure : ce sera la naissance d'une puissance moderne.

Les deux blocs de l'Est et l'ouest inquiètent l'Amérique. Elle a peur du succès du parti communiste et décide donc d'utiliser l'Europe comme ligne de front en cas de conflits armés avec l'URSS. L'Europe devient vite fait la première ligne de défense américaine.

Mais comment?

En effet à l'aide d'une propagande soumise par les américains relayée par la télévision et l'industrie cinématographique hollywoodienne, les populations sont convaincus par le bien fondé de l'idéologie libérale. C'est l'idéologie américaine.

Ainsi de 1950 à 1959, la France va subir la croissance des effectifs de l'armée américaine sur son sol. (ce qui va créer un précédent historique). Tous les pays seront sollicités par le biais du pacte de défense; l'OTAN ou par la création de bases américaines, dont la France avec la quasi-totalité des commandements ( appelés S.H.A.P.E. : Suprem Headquarter Allied Power in Europe ) sera le cœur défensif .

base_us___la_Martinerie  La Martinerie, base

Pourtant c'est avec un certain soulagement que la France d’accueille les propositions militaires américaines sur son sol à cause des précédents historiques (tels que la décolonisation de l'Algérie et de l'Indochine.).

Mais malgré ce soulagement il y a plusieurs points de divergences entre ces deux puissances; la France ne veut pas réarmer l'Allemagne à cause des guerres précédentes, ensuite la France comprend qu'elle est le lieu destiné à bloquer l'avancée des ennemies.

Cette présence imposante génère aussi beaucoup de problèmes de cohabitation. Car plusieurs provinces telles que la rochelle, chateauroux, Chaumont sont victimes des installations de bases militaires et alors qu'une crise de logement naît, les logements sont réquisitionnés pour accueillir les familles des officiers. Ainsi après tous ces conflits, les Français qui auparavant s'identifiaient à James Dean ou Elvis Presley s'empressent d'oublier ces modèles. les confrontations violentes naissent et il y a des désaccords en matière de justice qui opposent les autorités militaires US et le gouvernement Français.

B/ Les soldats alliés et la liberté

Cependant on constate vite que l’arrivée des américains n’est pas seulement contraignante. Car ces mêmes provinces bénéficient d’une économie croissante grâce à la création de milliers d’emplois; il faut construire, rénover et entretenir des pistes d’avions, routes, logements.. Et tous ceci est en majorité financé par les américains, bien que les communistes n’y trouvent pas de bienfaits mais au contraire l’installation de la politique américaine : l’occupation. ( ces derniers mènent une guerre d’opinion avec le fameux: US GO HOME.)

Ceci car ces sauveurs, apportent aussi leur confort, leur culture et surtout leur technologie.

Ils apportent avec eux l’électricité; refrigirateurs, fer à repasser... c’est le commencement de la modernité pour la france. Mais c’est aussi l’arrivée du JAZZ, du swing, du rock qui va sonner pour les français comme le son de la libération

C’est à cette époque que vont s’élaborer nos choix d’orientation, nos goûts pour la société de consommation, notre vie.

c’est le début de l’américanisation.

Guirguis Melodie

Posté par tpe_mlk à 12:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

le plan marshall

Le plan Marshall 

 

   

Truman, Acheston et Marshall établissant le plan Marshall


Le plan Marshall est un plan économique d’aide a l’Europe, et donc à a France, présenté par le secrétaire d’Etat Américain, le général Georges Marshall, signé le 5 Juin 1947 par le président de la république Truman et lancé en 1948. Il permet la reconstruction de l’Europe Occidentale. Ce plan fut administré par  l’OECE (organisation européenne de coopération économique de développement) fondée par les pays bénéficiaires du plan Marshall afin de coordonner les dépenses.

Le montant total de l’aide accordée à la France par les Etats-Unis s’élève à 2713,6 millions de dollars, avec 2488,0 millions de dollars de dons et 225,6 de prêts. Cela permit au Président Truman de lutter plus facilement contre le communisme, contre l’expansionnisme soviétique et se positionne en leader : c’est la guerre froide.

Guirguis

Posté par tpe_mlk à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


l' accord Blum-Burns

L’accords Blum-Byrns        le président Truman, Léon Blum, et   

                                                                                                                                                                   l'ambassadeur Français au USA         

L’accord Blum-Byrns, est un pacte d’intérêts signé entre la France et les Etats-Unis le 28 mai 1946 qui liquide la quasi-totalité de la dette Française envers les Etats-Unis après le 2nde guerre mondiale, celle-ci s’élevant à environ 2 milliards de dollars. En échange le ministre Américain des finances, Truman, impose une condition cinématographique : il exige que toutes les salles de cinéma Françaises projètent des films Etats-Uniens, excepté une semaine par mois. C’est une moyen pour les Etats-Unis de favoriser l’industrie cinématographique Hollywoodienne, de diffuser l’American way of life, et, ainsi, de présenter la société Américaine comme un modèle, un idéal.

Cette invasion des films américain en France sera quand même constesté par une minaurité, comme ici, en janvier 1948 à Paris

                                                   

Les acteurs Jean Marais, Simone Signoret et Roger Pigaut manifestent contre l'invasion des films américains sur les écrans français à la suite des accords Blum-Byrnes, prévoyant des quotas en faveur des films américains.

Debeausse Lucie

Posté par tpe_mlk à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

le modèle américain

Le modèle Américain                 

  L’accord Blum-Burns et le plan Marshall permirent d’affirmer la position dominante des Etats-Unis et de la présenter en société modèle : C’est l’idéal américain.

Durant la 2nde guerre mondiale les Etats-Unis n’ont pas subit beaucoup de dommages, qu’ils soient d’ordre humain ou matériel. C’est un pays riche qui possède les 2 tiers des stocks d’or mondiaux, avec une économie florissante. Ils produisent en effet 50 % de la production mondiale.

A partir de 1948, durant la guerre froide, les Etats-Unis constituent un véritable rempart face à l’expansionnisme soviétique : ils apportent à la France uns sécurité militaire en plus d’un apport de capitaux important (plan Marshall). Ils sont considérés comme les « protecteurs de monde libre » après la création de l’OTAN (organisation du traité de l’Atlantique Nord) en 1949, qui assure aux pays d’Europe occidentale la protection des Etats-Unis.

Leur richesse, leur opulence, leur puissance fait rêver. Les accords Blum-Burns ont largement contribués à diffuser des images de cette société « modèle ». Cet idéal américain, transmit par le cinéma Hollywoodien,  montre des images d’une société d’abondance, d’une  consommation de masse, d’une modernité hors-pairs, d’un confort sans pareil et d’une vie facile. ccc_r5_c3                         cadilac_rouge 

Le rêve du  « modèle américain » atteint son apogée en 1950. Hollywood est alors une usine à rêves : elle montre le pays comme une terre promise ou chacun a sa chance de réussir, en transportant à l’écran des success stories avec des héros tels que des champions, des self made man ou encore des stars. Cette image est entretenue par la télévision, le cinéma ou les hommes politiques.

Les Etats-Unis incarnent la modernité, ils sont considérés comme un modèle économique, social et politique.

woman_50_s                             

                                 President Truman en route pour la condérence de Yalta

Lucie Debeausse

Posté par tpe_mlk à 09:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le cinéma

Le cinéma :      

Ce sont les accords Blum-Burns, qui permirent la diffusion des films américains en France, celle-ci contrainte d’ouvrir ses salles à un maximum de films en tout genre en provenance de Etats-Unis. Ce fut un moyen pour les Etats-Unis de diffuser abondamment des images de « l’American way of life », développant ainsi l’idée de « l’idéal américain », le rêve américain, et de développer pleinement l’industrie cinématographique Hollywoodienne.

Le cinéma d’avant guerre était essentiellement un cinéma français, en difficulté. Après 1945, le cinéma en France connaît une déferlante de films américains.

Le cinéma américain connaît un tel succès que des mesures ont étés nécessaires pour soutenir le cinéma français qui n’arrive pas à retrouver son succès d’avant guerre : le centre national de la cinématographie est crée et à partir de 1948 une taxe est prélevée sur chaque billet d’entrée pour aidé au redressement de l’industrie du cinéma français et l’aidée à lutter contre ce géant Hollywoodien. En effet, 9 films projetés sur 10 sont en provenance des Etats-Unis. Dans les années 50, grâce au cinéma américain, les entrées en salles battent des records avec environ 400 millions d’entrées par ans. De plus dans les années 50 60 le cinéma américain connaît son âge d’or : il est diversifié et plaît au public de par ses success stories en tout genre ou encore par le cinéma dit moderne qui vise à reflété le monde « tel qu’il est » et de traiter de sujets d’actualité (jeunesse, crises), poursuivi plus tard par le cinéma underground dans les années 60 celui traitant des mouvement social de l’époque.

Depuis les années 30, répandu en France de l’après guerre jusque dans les années 60, un des genres majeurs du cinéma américain est le Western. Il rejoue la conquête de l’ouest et « l’american dream ». Parmi les western les plus célèbres on compte « la chevauchée fantastique », produit en 1939, avec le célèbre John Wayne et dans lequel la majorité des scènes sont tournées à Monument Valley dans l’Utah, paysage typique des western. On peut aussi nommer «règlement de comptes à ok corral » en 1957.

la_chevauch_e_fantastique                                        monument_vallley

Citons aussi le dessin animé, qui se développe en France et s'adresse à tout public, particulièrement grace à Walt Disney, avec par exemple Bambi, sortit en 1942 ou encore Alice au pays des merveilles en 1952 issu du comte de Lewis Caroll.

            

Dans les années 50 la science fiction à été grandement exploitée au cinéma. Bien que ce genre soit né en Europe e sont les Etats-Unis qui l’exploiteront le plus et lui donneront son age d’or. Ce genre vise à imaginer le futur en y introduisant des éléments fantastiques ou inquiétants pour la plupart du temps. Le scénario était souvent le même : des extraterrestres qui envahissaient le monde, et les Etats-Unis qui le sauvait à la fin. On peut citer " l'invasion des profanateurs de sépulture " en 1955 ou encore « Star Trek » en 1951.

star trek

Mais les années 50 sont aussi les années du culte de la star, les acteurs deviennent des vedettes très populaires. Ces sont les années d’Elvis, Marylin, ou James Dean ; des acteurs devenus des légendes.

Marilyn Monroe, New York, 1954 art print by Matthew Zimmerman       marilyn monroe

Dans les années 60, se développent les comédies musicales filmées qui reflètent en musique la vie des adolescents de l’époque et aime particulièrement se situer dans les high school américaines. On connaît le très célèbre Grease produit en 1974 mais dont la scène se passe dans les années 50. Il y eut aussi West Side Story, une histoire d’amour transporté dans le New York des années 50.

grease                          west_side_story_2

Bien, que dans les années 60, le succès des films américains décline, on la naissance des films gore et de bons films inquiétant tels que « les oiseaux » de A. Hitchcock en 1963 ou encore « Rosemari’s baby » en 1968.

les_oiseaux

Au cours de ces décennies le cinéma Hollywoodien devient le reflet de la société américaine, avec ses angoisses (retranscrites dans les films de science fiction ; angoisses suscitées par la bombe atomique), de ses désirs et ses rêves (avec les success stories ou chacun à sa chance de réussir), ou encore de sa vie (avec les comédies musicales réalistes ou dans le cinéma underground reflétant les crises et les révoltes de la jeunesse).

James Dean   images            

Un des acteurs qui a très sûrement marqué la jeunesse, autant Américaine que Françaises de l’époque fut l’acteur américain James Dean. Il est considéré comme le symbole de la jeunesse en désarroi des années 50.

James Dean est né aux Etats-Unis, dans l’Indiana, le 8 février 1931. Il commence sa carrière d’acteur en tournant une pub pour Pepsi Cola, puis il quitte l’université afin de se consacrer pleinement au cinéma. Il suit des cours de comédie à New York et appairait dans diverses séries télévisées.

Il joue également au théâtre ou il connaît un grand succès à Brodway ou à New York. Il tourne ensuite dans différents films peu connus. C’est son rôle dans le film « a l’est de l’éden » qui le rendit célèbre. Il poursuivi sa carrière avec son plus grand succès, « La fureur de vivre » (« Rebel without a cause ») sortit en 1955, le film qui bouleversa les adolescents de l’époque. Il y interprète Jimmy Stark, un adolescent à problèmes, qui déménage dans une nouvelle ville. Alors qu’il cherche à s’intégrer et retourner dans la bonne voix, il est mis à l’épreuve par une bande de son lycée. Il exprime la rébellion des adolescents des années 50. Il joue aussi un rôle important avec le rock’n’roll, pour l’aider à devenir un phénomène.

rebel_without_a_cause_2                   James_Dean_i_Rebel__102503a         

James Dean à énormément influencé la jeunesse et laissé une trace importante dans le monde du cinéma de par son talent.

Il mourut le 30 septembre 1955 d’un accident de voiture alors qu’il terminait le tournage du film « Giant », à l’âge de 24 ans. Comme pour Marylin, certains disent que cette mort prématuré l’a aidée à devenir une légende.

Debeausse Lucie

Posté par tpe_mlk à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rock'n Roll

Le rock’n Roll

Introduction :

"Rock'n Roll" veut dire "balance et roule". Le rock est un genre musical qui, à l’origine, mixe le blues noir, et le rhythm and blues en premier lieu, avec une culture blanche marquée par la musique country notamment.

L'humanité sort à l’époque de la seconde guerre mondiale, et d’autres évènements comme les premières bombes atomiques et la "guerre froide" entre l'Est et l’Ouest.

Une jeunesse, née pendant la guerre, mal à l'aise, s'interroge, se heurte aux idées "toutes faites", de leurs parents, aux vieux concepts et aux idéologies qu'elle conteste. C’est la « guerre des générations ». C’est dans ces années 50 que le Rock and Roll fait son apparition, alors que la jeunesse s'ennuie d'un trop-plein d'ordre moral et ou le communisme règne. Le rock devient alors une véritable philosophie avec sa cohorte culturelle, du cinéma aux bandes dessinées en passant par la mode vestimentaire. Le rock dépasse très largement le cadre purement musical, et tout peut être rock !
Leur idéologie: CRITIQUER LE SYSTEME POUR TENTER DE MIEUX LE PREPARER A L’AVENIR

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

 

  <>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

   

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

   

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

   

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

<>

 

 
   La naissance du rock

Bill Haley

billhaley

Fats Domino
Fats_Domino____
Chuck Berry
chuck_berry

Le Rock’n Roll naît aux Etats Unis quand en 1953 Bill Haley installe dans le hit-parade pop, (jusque là occupé par des chanteurs comme Frank Sinatra ou Bing Crosby), un premier « rock », Crazy Man Crazy. En 1955 c’est au tour de Rock around the Clock de connaître le succès grâce au film "Blackboard Jungle" (Graine de violence), qui s’en sert de bande sonore. Il avait en 1954 été enregistré mais était passé inaperçu. Le premier Rock'n'Roll déferle sur la planète. C'est le plus grand tube jamais égalé: 25 millions d'exemplaires vendus. Ce phénomène est un grand changement pour la socièté américaine : les jeunes se mettent aussi à acheter des disques de Rhythm and Blues. Jusqu’à présent les artistes noirs n’arrivaient pas à pénétrer le marché blanc du disque. Avant cela il existait une barrière raciale mais celle-ci franchie grâce à certains disc-jockeys comme Alan Freed, de nouveaux chanteurs noirs ont à leur tour connu le sucès qui accompagne le Rock. Tel : Chuck Berry, Little Richard, Fats Domino, Big Joe Turner, Big Jay McNeely, Screamin’ Jay Hawkins...

Ce n’est qu’en 1956 que Elvis devient célèbre.


Le Rock’n Roll arrive en France

   Le Saxophoniste, Red Prysock en 1956 est le premier à vendre un disque de Rock en France. Il est intitulé « Rock and Roll ». Le grand public ne s’y intéresse pas il n’y que les ammateurs de Jazz mais même eux trouvent cette musique peu digne d’interêt. Les Français n’aiment pas ce nouveau genre à tel point que quand Michel Legrand envoie le premier disque d’Elvis Presley à ses amis Henry Salvador et Boris Vian ceux-ci en font une parodie. Ils signent leurs morceaux sous les pseudonymes de Vernon Sinclair et Henry Cording. C’est ainsi que naissent les premiers rocks français de l’histoire, "Rock'n'roll mops", "Va t'faire cuire un oeuf, man". Deux ans plus tard ils profitent du passage du trompettiste Quincy Jones pour graver avec lui un blues en français : Blouse du dentiste.

A partir de 1975, des américains comme Fats Domino, Big Joe Turner et Little Richard vendent eux aussi leurs enregistrements de rock mais le succes n’arrive qu’en 1960. Les chansons selon les Français n’avaient pas de sens, trop liés au sexe et à la morale puritaine américaine ainsi qu’aux thèmes festifs. C'est avec Bob Dylan que les paroles prennent une tournure à la fois plus poétique et plus engagée. Sous l'influence de la poésie classique (en particulier Dylan Thomas auquel il emprunte son prénom) et du mouvement folk (Woodie Guthrie puis Joan Baez). Il aborde des thèmes politiques ou sociaux qui expriment le désaveu de la guerre froide ou de l'engagement au Vietnam.

Le rock devient à la fois un mouvement artistique qui gagne une caution intellectuelle et un courant de contre-culture. Cette tendance connaît son apogée avec les grands festivals de la fin des années 1960 : à Woodstock, à Altamont ou sur l’Ile de wight des centaines de milliers de jeunes se rassemblent pour partager à la fois une passion pour la musique mais également une vision du monde. Mais les paroles sont en Américain c’est pourquoi les chanteurs français vont les adapter pamis eux il y a Johnny Halliday, Eddie Mitchell et Les Chaussettes noires. Par exemple : Richard Anthony chante dès 1958 "Nouvelle vague", en fait une chanson des Coasters (Three Cool Cats), Dick Rivers adapte "What’d I Say de Ray "Charles sous le titre "Est-ce que tu le sais". Ces nouveaux musiciens sont issus de la vague yé-yé.

henri2

La période Yé-yé

Pour commencer le terme, péjoratif, a été lancé par les opposants à ce courant, parce que les fans, lors des concerts, criaient : "yeah, yeah." Le mouvement yé-yé est né avec le journal Salut les Copains en 1959 sur Europe 1. Ce mouvement a vécu 9 ans, est mort en même temp que l’émission en 1968. On trouve dans les chansons "yé yés" : le flirt, l'amitié et le sexe.
En effet les yé-yés", n’ont pas connu la guerre, c’est une génération insouciante qui vit dans l'opulence des Trente Glorieuses. Ils ont un job, une voiture, pleine de 45 tours, et un teppaz pour les écouter. C’est le look qui compte: certains musiciens rajoutent des boutons d'effet factices aux guitares. Côté costumes, les petites cravates étroites en cuir sont très à la mode, comme le look cow boy en général. Les prénoms américains font fureur : c'est vrai que s'appeler Dick Rivers, quand on est né à Nice et pas au Texas, c'est plus "rock'n'roll" qu'Hervé Forneri. Il faut faire américain, à tout prix.
Mais la période yé-yé est également lié à une série de progrès techniques importants : · la radio fait des progrès parce qu’après les cours les jeunes allument la radio pour écouter la musique yé-yé. · L’invention du pick up permet d’écouter des disques plus facilement. · L’invention du transistor permet une écoute de la radio à peu prés dans n’importe quel endroit.







Elvis Presley

J’ai choisi Elvis Presley parce que c’est le King du Rock’n Roll. Tout les autres chanteurs se sont appuyés sur son exemple; tous ont eu leur période « oedipienne Elvis ». C’est la figure paternelle de tout les musiciens. Et lui c’était pris comme exemple le célèbre acteur James Dean. Le Bad Boy des années 50, craint par tout les parents avec ses allures de beatnik. C’était son idole. En faite Elvis Aaron Presley est né dans une famille modeste le 8 janvier 1935. Avant d’être une star internationalle il était à l’armée, et c’est là qu’il a rencontré sa future femme, Priscilla. Il a avec elle une fille, Lisa Marie en 1968.
C’est le 5 juillet 1954, à Memphis, dans les studios Sun de Sam Phillips également à la tête du prestigieux label Sun, celui de Rufus Thomas et de
Johnny Cash, qu' Elvis Presley enregistre son premier morceau, "That's All Right Mama", un titre créé en 1946 par le bluesman noir Arthur Crudup. Il recherchait alors une voix qui réconcilierait les noirs et les blancs, le Rythm’n’Blues et la country. C’est pourquoi il faisait passer des auditions. Mais Elvis n’arrive pas à faire décoller le refrain. Quand Sam C.Phillips va se chercher une boisson, Elvis va attraper sa guitare et commence, d’une voix sautillante et juvénile "That’s all right Mama ".

Il est devenu le héros de toute une génération à partir de juin 1956 lorsqu'il interprète "Hound dog" et même de toute une population. Tout le monde avait besoin d’un idole dans cette période : début de la guerre froide et des manifestations du communistes. Après la défaite française de Dien Bien Phu, l’Indochine se sépare pour devenir le Vietnam du Nord et le Vietnam du Sud. C’est la guerre aux armes nucléaires entre les USA avec le premier B-52 et l’URSS qui envoie Youri Gagarine dans l’espace. Le premier réflexe d’un pays qui a peur s’est de créer un héros et ce héros c’est Elvis. Les jeunes n’ont aucune peine à s’y identifier. La « jonction » entre le bad boy, James Dean et les invitations dionysiaques du jazz et du blues satisfait tout les fans et garde intacte une certaine idée de l’American Way of Life. En 1955, Elvis fait la rencontre décisive avec son producteur, Thomas Andrew Parker, « le colonel », signe avec Elvis un contrat d’exclusivité sur 20 ans. Parker donne les ordres, le King exécute. Son premier disque d’or il le doit à cette collaboration, à la plus puissante maison de disque du monde (RCA) et à son disque "Heartbreak Hotel". Il a 20 ans, passe à la télé, fait tournées sur tournées, a 22 millions de dollars de revenus. Il a 21 ans et se fait construire Graceland. Tout va bien dans sa vie : 1 milliard d'albums vendus, dont 40% hors des States ; 737 chansons enregistrées durant sa carrière. 111 disques d'or. Il a joué dans 33 films. De 1956 à 1962, Elvis à vendus 31 millions d'albums sur les 39 vendus par RCA. Ce n’est qu’en 1977, après sa mort que la collaboration prend fin entre le colonel et le King, et plus de 10 millions de disques ont été vendus en 24h!

vc265 elvis180px_Elvis_Presley

En conclusion on peut dire que c'est l'argent de poche qui a reformulé et reconstruit la socièté, a contribué à la modernisation.



Valerie Mestach

Posté par tpe_mlk à 07:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le nouveau statut des jeunes

Le Nouveau Statut des Jeunes

Jusque là l’éducation était confiée aux parents ainsi qu’aux autorités. Il n’existait pas de culture jeune uniquement deux âges, celui de l’enfance et de l’adulte. L’adolescence est cependant un nouveau type de culture. Au départ on apporte un système de valeurs alternatives et une conception propre du monde. Cela ne représentait pas forcément une exclusion ou un rejet de la façon de vivre parentale. Apparaît alors un réel âge entre l’éveil et l’âge adulte. Il y a également une volonté d’émancipation du monde adulte par la provocation  mais aussi une volonté d’apporter un éveil sexuel.

RAJAONA Gwladys

Posté par tpe_mlk à 06:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]